Dans Humeur

Ecrire

Écrire en vain, est ce de là qu’est né le mot écrivain ? Ne faudrait-il mieux pas accepter cette condition comme une source inépuisable de déception pour satisfaire un jour à cette aspiration ? Je ne suis pas écrivain, comment le pourrais-je alors qu’il m’est si difficile d’écrire une phrase, une seule, cohérente. Je me cantonne à mon activité de lecture même si celle-ci me semble en fin de compte dénuée de sens sans implication et sans regard sur ces maux. Mes utopies n’ont pas de raison d’être sans champs d’implication, pas de goût, ni d’odeur sans un autre avec qui les partager. Le plus drôle reste toujours à venir, mort ou vivant, alors que pouvons nous faire d’autre que croire?

Écrire en vain d’abord pour écrire un jour peut être.

1 Commentaire

  1. François
    8 avril 2015

    Au recto écrivain,
    Au verso poétesse.
    Est-ce sauver sa peau
    Que réécrire en vain?

    Sans doute.

    J’aime bien tes mots d’écrivaine et je tente ceux du poète qui sommeille en moi grâce à la leçon d’hier: l’écriture est un acte qui nécessite du courage, de l’humilité, de la patience.
    Au final, à force de lancer des mots avec application, on risque quand même bien d’attraper quelque chose, une idée, un regard, un rêve. Bref de quoi se nourrir, de quoi sauver sa peau. Mieux, de quoi vivre.

    Reply

Laissez une Réponse